L’exposition Klimt : la transformation numérique de l’art

C’est dans le 11ème arrondissement de Paris, jusque-là dépourvu de musées ou d’expositions culturelles, que se trouve le nouvel atelier des lumières installé dans une gigantesque fonderie industrielle avec sa structure métallique d’origine, sa cheminée et même son bassin d’eau qui servait autrefois à refroidir les métaux en fusion. C’est ici qu’on découvre deux grands artistes de l’ancien temps : Klimt et Schiele. Fini les tableaux classiques présentés sur les cimaises puisqu’ici, les tableaux ne sont pas accrochés mais projetés sur les immenses parois sur plus de 10 m de haut. On est littéralement enveloppé par les œuvres.

Œuvres qui s’animent et se structurent d’elles-mêmes, le tout en musique ! Imaginez seulement : 2000 m2 de surface, 140 projecteurs, plus de 3000 images en constant mouvement, une sonorisation spatialisée de pointe qui permet de redécouvrir les plus grands chefs d’œuvre de ces artistes viennois. La digitalisation s’invite partout, même dans l’art qui l’aurait cru ? Bien évidemment, l’émotion n’est pas la même, le rendu des couleurs non plus, la matière du peintre, ses empâtements et ses feuilles d’or ne peuvent évidemment pas rendre de la même manière qu’en mode projection. Il n’en est pas moins que le caractère grandiose du spectacle est saisissant ! Ici, les œuvres du peintre sont réinterprétées : les personnages valsent, les arbres s’étendent, les visages s’animent et parfois, l’œuvre sort du cadre.

On est dans une impressionnante cathédrale d’images, submergée par des vagues de couleurs et pénétrée à l’intérieur de l’Infinie salle où les murs sont tapissés de miroirs du sol au plafond et qui reflètent à l’infini les projections des parois extérieures. Absolument bluffant. Plongez dans une grotte des temps modernes dont la valeur s’estime à 9 millions d’euros, tout de même !

 

Tania Doo

Leave a comment